Lettre de la CNSP aux syndicats CFDT, CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, UNSA, Solidaires et à la COMMISSION ADMINISTRATIVE DE LA BOURSE DU TRAVAIL!

Publié le par COMITE SOUTIEN CSP 75

Sur la présence des sans papiers de la CSP75 à la Bourse du Travail de Paris :

Lettre de la CNSP aux syndicats CFDT, CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, UNSA, Solidaires et à la COMMISSION ADMINISTRATIVE DE LA BOURSE DU TRAVAIL!

 

La CNSP a lu avec beaucoup d'inquiétude votre communiqué, en date du 5 février 09.

La CNSP ainsi que tous les travailleurs sans papiers, et nous en sommes certains la CSP75, sont conscients des problèmes objectifs de fonctionnement que cause le fait que des travailleurs sans papiers se soient réfugiés dans la Maison des Travailleurs qu'est la Bourse du Travail.

Ce qui inquiète dans ce communiqué :

- c'est cette opposition qui apparaît entre « salariés sans papiers » défendus par les syndicats et les sans papiers qui sont à la Bourse du Travail;

- c'est la présentation de cette présence de sans papiers comme ayant pour but délibéré d'empêcher l'activité syndicale;

- c'est d'opposer « les salariés de l'entreprise de câblage » et les sans papiers en les désignant comme responsables de leur « mise au chômage »;

- c'est de faire croire comme vous l'écrivez que leur présence à la Bourse du travail résulte du fait que « patronat et gouvernement sont totalement épargnés par cette action, alors que ces salariés précarisés sans papiers sont « utilisés » par les employeurs pour tirer tous les acquis sociaux vers le bas, casser le code du travail et les conventions collectives »;

- c'est donc tomber dans le piège tendu par Sarkozy/Fillon de l'exclusion des Collectifs de sans papiers, voire des associations comme interlocuteurs des Préfectures et même la division des syndicats sur le dossier de cette catégorie de travailleurs victimes de patrons négriers et fraudeurs du travail clandestin.

 

Votre communiqué du 5 février 09 est dangereux pour les sans papiers et pour l'ensemble des travailleurs avec ou sans papiers de ce pays, pour l'ensemble des Français et des immigrés de ce pays parce qu'il ignore totalement le fait que si des sans papiers ont été contraints de chercher asile dans la Maison des Travailleurs, la bourse du Travail, c'est forcément :

- un acte de désespoir de sans papiers qui cherchent par tous les moyens à vivre dans la légalité;

- une demande de solidarité aux autres catégories de travailleurs;

- la conséquence de la chasse à l'homme et aux travailleurs étrangers du pouvoir Sarkoziste;

- le résultat de la faiblesse collective de l'ensemble du mouvement syndical, du mouvement social que les syndicats sont chargés d'organiser, y compris les sans papiers;

- la non transparence et la non lisibilité de l'action syndicale actuelle pour la régularisation des salariés sans papiers, lesquels dépendent en partie des patrons, en partie de la « chance » d'être à plusieurs dans une boîte à lutter, de - l'arbitraire des préfectures du gouvernement, lesquels les assignent parfois à résidence par l'emploi, ce qui est totalement illégal, ségrégationniste et contraire au Code du travail, etc.

 

Votre communiqué du 5 février 09 est incompréhensible, car il n'offre d'autre perspective que l'affrontement de l'ultimatum que les travailleurs sans papiers rentrent à la maison et cela après la formidable grève générale du 29 janvier 09 qui permet d'envisager un TOUS ENSEMBLE POUR QUE LES PATRONS PAYENT LEUR CRISE.

 

Votre communiqué fait planer le CAUCHEMAR que les Syndicats Français se TROMPENT DE CIBLE TOUT COMME LES GREVISTES ANGLAIS QUI FONT GREVENT CONTRE L'EMBAUCJE DE SALARIES ETRANGERS.

 

La CNSP réitère sa proposition : Réunir tous les syndicats de la Bourse du Travail, la CSP75, toutes les associations partenaires de la lutte des sans papiers et la CNSP pour examiner un plan d'action commune pour créer le rapport de forces nécessaires à la régularisation des sans papiers de la bourse du Travail. 

C'est possible, il faut de la volonté et de l'engagement avant que vous ne soyez amenés à poser un acte grave et irresponsable que nous payerons tous tôt ou tard. Nous restons confiants dans le sens des responsabilités du syndicalisme Français.

Fait à Paris le 15 février 09             

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article