TOUS ENSEMBLE A LA CONFERENCE DE PRESSE

Publié le par COMITE SOUTIEN CSP 75

lundi 2 mars 2009


Tous ensemble à la CONFERENCE DE PRESSE pour soutenir les travailleurs sans-papiers isolés et leurs familles de l’annexe de la Bourse du Travail !

(l’ensemble des organisations politiques, syndicales et associatives soutenant plus largement la régularisation des travailleurs sans-papiers ont été invitées à se joindre et/ou à participer à cette initiative)

le jeudi 5 mars à 11H00 , à l’annexe Varlin de la BOURSE DU TRAVAIL 85 rue Charlot (Métro république) :

* pour éviter l’expulsion des travailleurs sans-papiers isolés et de leurs familles qui occupent la Bourse du travail depuis le 2 mai 2008 ;

* pour répondre aux questions que tout un chacun se pose sur les buts et objectifs de cette lutte depuis dix mois ;

* pour organiser ensemble les conditions les plus efficaces et dégager des perspectives unitaires afin d’obtenir la régularisation de ces 1300 travailleurs sans-papiers.

CSP 75, NPA PARIS CENTRE, des militants du NPA 19ÈME

TOUS ENSEMBLE AVEC LES SANS PAPIERS DE LA BOURSE DU TRAVAIL !

vendredi 27 février 2009


TOUS ENSEMBLE AVEC LES SANS PAPIERS DE LA BOURSE DU TRAVAIL !

Comme vous devez le savoir, l’annexe Varlin de la Bourse du Travail de Paris est occupée depuis mai 2008 par plusieurs centaines de travailleurs sans-papiers (CSP 75 - Coordination des Sans-Papier 75).

Suite à la publication du communiquée en date du 5 février 2009, par la Commission Administrative de la Bourse du Travail de Paris à l’égard du CSP 75 (voir ci-dessous), notre comité NPA Paris Centre a rencontré une délégation du CSP 75.

Ce 25 février 2009, notre comité a envoyé une lettre à la Commission Administrative en accord avec le CSP 75 dont nous vous invitons à prendre connaissance ci-dessous.

Nous proposons aux organisations politiques, syndicales et associatives, et plus largement à l’ensemble de la population, de nous rejoindre dans cette démarche et de participer tous ensemble à la conférence de presse qui se tiendra le jeudi 5 mars à la Bourse du Travail, annexe Eugène Varlin.

A ce titre, nous vous invitons à la prochaine réunion de préparation qui se tiendra ce :

samedi 28 février à 16h00 à l’annexe Varlin de la Bourse du Travail de Paris au 85 rue Charlot (3ème arr.) M° REPUBLIQUE

Ordre du jour : point sur la situation et préparation de la conférence de presse



Lettre du NPA Paris Centre, en accord avec la CSP 75, à la Commission Administrative de la Bourse du Travail de Paris

 

Mercredi 25 février 2009

Chers Camarades, nous nous adressons fraternellement et solennellement aux membres de la Commission Administrative de la Bourse du Travail.

Nous avons été informés de votre courrier du 5 février 2009 à la Coordination des Sans Papiers 75 occupant des locaux à l’annexe Eugène Varlin de la Bourse du Travail. Il est dit dans ce courrier que « cette occupation empêche le fonctionnement normal des syndicats parisiens ». Nous comprenons parfaitement que cette occupation apporte son lot de désagréments, ce que les travailleurs sans papiers reconnaissent également. Nous connaissons également votre engagement pour la régularisation des sans- papiers, mais la question de l’avenir de centaines de salariés et de leurs familles est en jeu.

La responsabilité de cette situation, qui pousse à des actions semblables est le fait du gouvernement Sarkozy et des ses alliés du patronat. Ces travailleurs et leurs familles sont privés comme tant d’autres d’une existence digne. Ils sont exclus de toute protection du droit du travail et sous la menace permanente d’être expulsés du territoire. Nous devons tous ensemble œuvrer pour la régularisation de ces travailleurs qui disent eux-même n’avoir nullement l’intention de nuire aux organisations syndicales. Ces salariés veulent se défendre et c’est bien le rôle de tout syndicat que d’apporter son soutien à la classe ouvrière.

Camarades, il faut dialoguer avec eux et les protéger au sein de la Maison du Peuple qu’est la Bourse du Travail. Nous ne devons pas ajouter l’angoisse à l’angoisse, surtout face à la politique de Sarkozy et nous montrer plus que jamais unis face aux ennemis des travailleurs de ce pays. Il faut dissiper toute inquiétude. Nous espérons bien entendu qu’il n’est nullement dans vos intentions de demander leur expulsion de l’annexe Eugène Varlin. Vous n’êtes pas sans savoir que le Haut Conseil Malien sert de médiateur entre la CSP75 et la CGT depuis le 1er janvier.

Nous proposons de vous rencontrer au plus vite pour contribuer à rétablir le dialogue. Dans l’attente de votre réponse, Salutations militantes,

Le Comité du NPA Paris Centre.



COMMUNIQUE DE LA COMMISSION ADMINISTRATIVE (*) DE LA BOURSE DU TRAVAIL DE PARIS

 

Réunie en séance plénière le 5 février 2009

Depuis plus d’un an, les organisations syndicales agissent pour la régularisation des salariés sans papiers. Ces actions conduisent à des succès et à de nombreuses régularisations.

Dans ce contexte, la décision du CSP 75 d’investir par la force et d’occuper la Bourse du Travail de Paris est incompréhensible. En effet, en choisissant, le 2 mai 2008, d’occuper l’annexe Varlin de la Bourse du Travail de Paris, ce collectif paralyse ce bâtiment qui est un outil indispensable à la défense des salariés et à l’activité des syndicats. Ce collectif se trompe de cible car paradoxalement, patronat et gouvernement sont totalement épargnés par cette action, alors que ces salariés précarisés sans papiers sont « utilisés » par les employeurs pour tirer tous les acquis sociaux vers le bas, casser le code du travail et les conventions collectives. Cette occupation de la Bourse du travail de Paris est désapprouvée par les autres collectifs, les associations et les syndicats. Cette forme d’action totalement inefficace et contre productive a entraîné le CSP 75 dans l’isolement.

Cette occupation, empêche le fonctionnement normal des syndicats parisiens : CGT, CFDT, FO, CFTC, CGC, UNSA, Solidaires qui ne peuvent plus accéder aux salles de réunions et aux services de ce bâtiment.

De fait :

Depuis le 2 mai 2008, 7 salles de réunions sont neutralisées, plus de 1 800 réunions ont été annulées ; tous les jours, c’est l’équivalent de 300 salariés qui ne peuvent se réunir pour organiser leurs luttes ; de nombreux congrès ont été reportés du fait que la plus grande salle disponible à Paris pour les salariés (salle Eugène Hénaff), est inutilisable car occupée,
- Les formations syndicales ne peuvent plus se tenir,
- 2 imprimeries syndicales ne peuvent fonctionner normalement,
- Des permanences de défenses juridiques des salariés ne peuvent plus se tenir.

Empêcher les salariés de se défendre et neutraliser l’activité des syndicats, n’est pas acceptable.

De plus, cette occupation pose des problèmes d’hygiène et surtout de sécurité. En effet, les bâtiments sont constitués de salles de réunions et bureaux qui ne sont absolument pas prévus pour une occupation nuit et jour avec présence de matelas, de bouteilles de gaz et de plusieurs cuisines improvisées. Plus grave, les couloirs, escaliers et issues de secours sont condamnés et occupés faisant courir un risque catastrophique à tous en interdisant l’évacuation en cas de nécessité.

Enfin, cette occupation a aussi eu pour conséquence l’arrêt immédiat et total du gros chantier « câblage » de l’immeuble avec comme résultat, la fin de missions et la mise au chômage de salariés de l’entreprise intervenante.

Malgré ce contexte, les syndicats, avec de nombreux collectifs et associations, n’ont pas ménagé leurs efforts depuis un an pour proposer aux responsables du CSP 75 de travailler ensemble les dossiers de régularisation. Force est de constater que ceux-ci n’ont eu de cesse de refuser systématiquement toutes les propositions qui ont été faites, préférant s’enfermer dans une occupation sans issue qui pénalise les salariés et leurs syndicats.

Dans ce contexte, l’outil « Bourse du Travail » doit redevenir disponible pour les salariés afin qu’ils puissent se défendre, avec leurs syndicats, contre tous les mauvais coups.

Le secrétaire Général de la CA de la Bourse du Travail de Paris

(*) la Bourse du Travail de Paris est gérée par une commission administrative composée des organisations syndicales départementales CFDT, CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, UNSA, Solidaires

COMMISSION ADMINISTRATIVE DE LA BOURSE DU TRAVAIL 3 RUE DU CHATEAU D’EAU – 75010 PARIS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

academie 06/03/2009 15:08

en lisant et relisant le communiqué de la CA, il est difficile de lire que les syndicat par le biais de la CA vous procéder à l'expulsion des sans papiers qui occupent la bourse du travail.
se sont des propos malhonnete de la part des soutiens ainsi que des responsable des sans papiers.
il n'est nullemnet cité que la CA et les syndicats vous faire expulser les occupants.
arreté de faire circuler des propos aussi peut fiable...
je ne suis pas contre les sans papiers, mais contre leur occupation... la bourse du travail n'est pas un lieu d'ocucpation, mais un lieu ou plutôt un outil pour les salariés, et aujourd'hui c'est outil ne sert pas la cause des salariés, pâr l'occupation elle ne peut apporter aucun soutien réel, l'occupation n'apporte aucune solution, le gouvernement ce fou complétement de cette situation et préfére laisser pourrir les choses.
cette occupation ne sert en rien la cause des sans papiers, elle fait au contraire mourir cette cause. le mouvement des sans papiers n'est plus crédible...
l'isolement des sans papiers en ais la preuve...
l'occupation empéche des salariés des syndicats d'exercer le métier, mais surtut empeche les syndicats de travailler et de pouvoir apporter leur aide
arrete de critquer les syndicats, se sont encore eux qui vous aide le plus... et de plus certain des responsables des sans papiers se servent de cette occupation pour soudouyer de l'argent a de pauvres sans papiers qui eux n'ont vraiment rien...
est ce normale... non.
alors il serat vraiment temps que cette ocupation s'arrete, car aucune possibilité ne peutr en resortir, allez plutôtvoir se qui se passe dans les préfectures, peut-être que vous arrverais a comprendre que les dossier ne sont pas bloqué par les syndicat mais belle et bien pour les préfectures.
arrete de faire croire que se sont les syndicat qui ont été acheté par le gouvernement... je pense que certain resonsable des sans papiers sont mieux placé pour savoir réellement qui sont les responsable de ce bloquage
trop d'abus a fait tout simplement pourrir votre cause...