Aujourd’hui, jeudi 24 juillet, M. Di Mengou qui travaille depuis 25 ans en France a refusé d’embarquer à l’aéroport de Marignane lors de son expulsion pour le Sénégal.

Publié le par HIRSCH

mis en ligne le
24/07/2008
id_article=8943
FORUM EN LIGNE

Aujourd’hui, jeudi 24 juillet, M. Di Mengou qui travaille depuis 25 ans en France a refusé d’embarquer à l’aéroport de Marignane lors de son expulsion pour le Sénégal.

Ne laissons pas faire en notre nom ! Exigeons sa libération auprès de la préfecture.

Il a été ramené menotté au CRA du Canet. Il a mal à l’épaule droite, à l’épaule gauche, au poignet gauche qui est enflé...
La vigilance reste de mise pour l’expulsion. A moins que ce soit le passage en correctionnel avec à la clef 3 ou 4 mois de prison ferme (car en plus des Centres de Rétention, les prisons sont pleines de sans-papiers que notre justice condamne pour ce seul délit).

Toutes ces années de travail ! Protestons auprès de la préfecture. Il doit être libéré et régularisé.

Il faut donc faxer et mailer de toute urgence au préfet

mail pref : cabinet@bouches-du-rhone.pref.gouv.fr (ne pas mettre le nom exact dans le mail)

Fax : 04 91 57 01 22 et Fax 04 91 15 60 44

Fax gratuit via internet : http://www.alliancemca.net/fax.htm


Quelques renseignements

M. Dimingou MENDY, né en 1962 au Sénégal vit en France depuis 1980. Il est père d’un petit MENDY de 8 ans français de mère française .
Il a été peintre, plaquiste, carreleur, charpentier dans différentes entreprises du bâtiment et déclaré de 1983 à 2000. Il a eu un numéro de sécurité sociale. Il a été arrêté vendredi 04/07 à la sortie de son travail à la Plaine.
Dimingou fait partie de la famille de ces travailleurs mandjakes venus travailler dans les chantiers navals de La Seyne sur Mer et de La Ciotat, notamment pour nettoyer, décaper et repeindre - dans les pires conditions de travail - les soutes des bateaux, à l’époque, en rénovation...

_--------------------------------------

Mamadou m’a dit
Paroles et musique de François Béranger

Mamadou m’a dit
Mamadou m’a dit
On a pressé le citron
On peut jeter la peau

Les citrons c’est les négros
Tous les négros d’Afrique
Sénégal Mauritanie
Haute-Volta Togo Mali
Côte d’Ivoire et Guinée
Cameroun et Tutti Quanti

Les colons sont partis avec des flons-flons
Des discours solennels des bénédictions
Chaque peuple c’est normal dispose de lui-même
Et doit s’épanouir dans l’ harmonie
Une fois qu’on l’a saigné aux quatre veines
Qu’on l’a bien ratissé et qu’on lui a tout pris.

Refrain :

Les colons sont partis
Ils ont mis à leur place
Une nouvelle élite
Des noirs bien blanchis
Le monde blanc rigole
Les nouveaux c’est bizarre
Sont pires que les anciens
C’est sûrement un hasard.

Le monde blanc rigole quand un petit sergent
Se fait sacrer empereur avec mille glorioles
Après tout c’est pas grave du moment que les terres
Produisent pour les blancs ce qui est nécessaire
Le coton l’arachide le sucre le cacao
Remplissent les bateaux saturent les entrepôts.

au Refrain

Après tout c’est pas grave
Les colons sont partis
Que l’Afrique se démerde
Que les paysans crèvent
Les colons sont partis
Avec dans leurs bagages
Quelques bateaux d’esclaves
Pour ne pas perdre la main.

Quelques bateaux d’esclaves pour balayer les rues _Ils se ressemblent tous avec leur passe-montagne
Ils ont froid à la peau et encore plus au cœur
Là-bas c’est la famine et ici la misère
Et comme il faut parfois manger et puis dormir
Dans les foyers taudis on vit dans le sordide.

au Refrain

Et puis un jour la Crise
Nous envahit aussi
Qu’on les renvoie chez eux
Ils seront plus heureux
Qu’on leur donne un pourboire
Faut être libéral
Et quand à ceux qui râlent
Un bon coup de pied au cul.

Vous comprenez Monsieur c’est quand pas normal
Ils nous bouffent notre pain ils reluquent nos femmes
Qu’ils retournent faire les singes dans leur cocotiers
Tous nos bons nègres à nous qu’on a si bien soignés
Et puis c’qui est certain c’est qu’un rien les amuse
Ils sont toujours à rire ce sont de vrais gamins.

au Refrain

http://www.paroles.net/chanson/17944.1


Mamadou Konté est mort le 20 juin 2007. Il était « le Mamadou » de la fameuse chanson de François Béranger. Avant de créer le festival « Africa Fête » en 1978, cet ouvrier immigré a été, de 1968 à 1978, l’un des leaders du collectif « Révolution Afrique », mouvement de lutte des foyers de travailleurs africains en France.

Voir sur Mamadou Konté l’interview de Gilles de Staal, auteur du livre « Mamadou m’a dit »

http://www.lemagazine.info/spip.php ?article803 « Mamadou m’a dit »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article